Le livre « Les Poèmes choisis » de Nigar Hasanzade a été publié

Le livre « Les Poèmes choisis » de Nigar Hasanzade a été publié

Le Centre de Traduction d’Etat d’Azerbaïdjan a publié le livre « Les Poèmes choisis » de la célèbre poétesse azerbaïdjanaise Nigar Hasanzade. L'auteur de la préface, intitulée « Les poèmes lus et entendus », est le Poète du peuple Ramiz Rovchan, l’auteur de la traduction des poèmes en langue azerbaïdjanaise est le poète connu Salam Sarvan, le rédacteur du livre est le poète-traducteur connu Mahir Garayev.

 

 

 


LES POEMES LUS ET ENTENDUS

 

Je sais très bien à quel point la poétesse azerbaïdjanaise Nigar Hasanzade, qui écrit en russe, dont les poèmes ont été traduits dans de nombreuses langues, attendait avec impatience son premier livre publié dans notre langue maternelle. Honnêtement, il est aussi intéressant pour moi d’entendre la prononciation de ces poèmes dans notre langue.

La voix et la parole.

Le grand poète allemand Novalis considérait la poésie comme une « étape de transition » entre l’art plastique et la musique. De ce point de vue, les vers de Nigar, pleins de belles comparaisons et imitations inattendues, sont aussi divers qu'harmonieux. Nigar n'écrit pas seulement le poème, elle le lit également. Ses poèmes sont non seulement lus, mais également entendus. Je ne connais pas l'opinion de Nigar, mais je pense que les poétesses les plus proches de l’elle dans la poésie russe sont Tsvetaïeva et Akhmadoulina.

Bien qu’au siècle dernier, nous ayons eu une belle poétesse aussi appelée Nigar et qu'aujourd'hui notre poésie ne manque pas de femmes talentueuses, c'est probablement difficile pour moi de dire quelle poétesse ou poète est proche d'elle. Mais je peux dire sans hésitation que Salam Sarvan, le traducteur des poèmes de ce livre, est un poète très différent de Nigar.

 

Il se baignera, se baignera sur son aube

Un cœur réveillé brusquement une nuit.

J'ai déjà partagé tous mes secrets,

Donc, j'ai perdu toutes les clés.

Contrairement à Nigar, qui a écrit ces lignes, Salam, qui a traduit ces lignes dans notre langue, aime plutôt cacher ses secrets poétiques sous les lignes dans ses poèmes et laisser au lecteur le soin de trouver la clé. Mais malgré la générosité de mots chez l'un et l'avidité de mots chez l'autre, tous deux sont des magiciens des mots, des maîtres des mots.

On dit depuis longtemps que la traduction de la poésie est aussi une compétition.

Je ne commence jamais à traduire des poèmes que j'ai l'impression de perdre au profit de l'auteur dès le début. Même si j'aime beaucoup ces poèmes. Et plus tard, quand je lis ces poèmes traduits par d'autres poètes, je vois que j'avais encore raison.

Mais dans ce livre, Salam ne prétend pas rivaliser avec Nigar. Son but est de transmettre au lecteur azerbaïdjanais aussi précisément que possible chaque expression poétique, idée et signification de ces poèmes métaphoriques, qui ne sont pas si simples dans son style d'expression. Même si parfois cela nuit au rythme, à l'harmonie et à la musique de ces poèmes pendant la traduction.

Mais malgré ces petites erreurs, ces petites pertes, je pense que ce livre est un bel événement dans le destin littéraire des deux poètes, et de l'auteur, et du traducteur. Et tous deux peuvent être félicités pour ce bel événement.

 

Ramiz Rovchan

 

 

Le livre sera disponible dans les prochains jours dans les librairies suivantes :

« Libraf »

« Kitabevim.az »

« Akademkitab »

Maison du livre « Akademiya »

Centre du livre de Bakou

Maison du livre « Çıraq »

Maison du livre de l’Administration présidentielle

Kiosque de vente de l’Université des Langues d’Azerbaïdjan

 

 

AUTRES ARTICLES

  • Le « Guide de conversation espagnol-azerbaïdjanais » a été publié Le « Guide de conversation espagnol-azerbaïdjanais » a été publié

    Le Centre de Traduction d’Etat d’Azerbaïdjan a publié le nouveau « Guide de conversation espagnol-azerbaïdjanais » en format plus large, qui sera utile dans les domaines de la langue, de la traduction, de la communication et  de la compréhension entre les peuples.

  • La nouvelle de Djavid Zeynalli sur le portail autrichien La nouvelle de Djavid Zeynalli sur le portail autrichien

    Dans le cadre du projet « La littérature azerbaïdjanaise contemporaine » du Centre de Traduction d’Etat d’Azerbaïdjan, le populaire portail littéraire autrichien  « gedichtesammlung.net » a publié la nouvelle « La Veste du professeur de géographie »