Le destin de nos savants émigrés au Moyen-Age

L'Azerbaïdjan - le centre scientifique de l'Orient

Au Moyen-Age, en Azerbaïdjan, vivre en émigration était un cas normal pour les hommes de science - les savants, les philosophes et les penseurs. Bien sûr, si le savant appartenait au palais, il n'aurait pas besoin de quitter sa Patrie et d'émigrer vers les pays étrangers.

Au Moyen-Age, les hommes de science de l'Azerbaïdjan avaient quelques raisons d'émigrer vers l'étranger :

ils ne pouvaient pas accepter le régime absolu des rois et voulaient éviter l'exécution ;

le potentiel scientifique de son pays ne les satisfaisait pas, ils voulaient acquérir plus de connaissances (ils allaient dans les centres scientifiques de l'époque - Damas, Nichapour, Bagdad, Samarcande) ;

la pression des rois (par exemple, après la campagne en Azerbaïdjan, Amir Timour avait ordonné d'emmener les savants et les artisans locaux à Samarkand. Après cet ordre, le départ des savants et des artisans qui étaient la crème, la tête pensante et le pilier du pays, a créé un grand vide).

Il y avait des savants qui avaient profité de traditions scientifiques de l'Azerbaïdjan dans le pays d'émigration et avaient contribué au développement intellectuel de ce pays. Par exemple, Djemaleddin Boukhari a eu une influence sur le développement de la science en Chine même. A cette époque, Fao Min Ci et les autres savants chinois apprenaient l'astronomie dans l'observatoire de Maragha. Pendant une certaine période, Fao Min Ci et Djemaleddin Bukhari, ils avaient travaillé ensemble dans l'observatoire de Maragha, puis ils étaient retournés à Pékin avec le projet de l'observatoire. Après cela seulement, il a été possible de construire l'observatoire à Pékin.

Au début du XVI siècle, un centre scientifique « Dar uch-Chafa » avait été organisé à Tabriz et par la suite, les savants de ce centre sont devenus célèbres dans certains pays de l'Orient. Nous pouvons sûrement constater que la science orientale qui s'est développée au Moyen-Orient, doit être reconnaissante aux savants émigrés azerbaïdjanais.

Au Moyen-Age, beaucoup de nos savants ont vécu en émigration. Mais parmi eux, le philosophe Ayn-al-Quzat Hamadani, l'auteur de l'œuvre « La plainte d'un étranger » avait un destin plus malheureux. Dès sa jeunesse, il était poursuivi par les hommes religieux pour ses idées panthéistes.

L'œuvre « La plainte d'un étranger » est l'incarnation de la douleur commune de tous nos savants qui ont vécu en émigration au Moyen-Age. Heureusement, la vie d'Ayn-al-Quzat Hamadani en émigration n'a pas duré longtemps, ce qui était le cas pour nos autres savants. Il rentre à Hamadan après une certaine période de temps. Après seulement un an, en 1131, à l'âge de 33 ans, sur la fatwa des religieux, il est exécuté dans la madrasa où il enseignait.

A cause de la science, Khatib Tabrizi (XI siècle) a été privé de sa Patrie et de sa famille. Pour accroitre ses connaissances, il a voyagé dans de nombreuses villes de l'Orient. Premièrement, l'envie de la lecture l'a amené en Syrie. Il a appris ici la théologie, la lexicographie et la poétique des célèbres savants arabes. Ensuite, il est allé en Egypte et a appris là-bas la grammaire arabe de Tahir ibn Babachaz, le savant à la cour. En 1067, la madrasa « Nizamiyya » a été ouverte à Bagdad grâce aux ressources des sultans des Turks seldjoukides. Elle a été nommée en l'honneur du célèbre vizir Nizam al-Mulk et par la suite, est devenue célèbre dans tout l'Orient. On y enseignait l'histoire, la critique littéraire, la linguistique, l'astronomie, les mathématiques et les autres disciplines séculières. Dès le jour d'ouverture de la madrasa jusqu'à la fin de sa vie, pendant presque 40 ans, Khatib Tabrizi a enseigné ici la philologie et a été l'organisateur et le dirigeant de la célèbre bibliothèque de la madrasa.

Le dimanche 3 janvier 1109, le cœur du grand savant s'est arrêté de battre. Khatib Tabrizi a été enterré au cimetière « Bab Abraz » de Bagdad.


                                                                                                                 Elmin Nuri  

AUTRES ARTICLES