Les martyrs du 20 Janvier dans la mémoire des témoins

Le site web aydinyol.az publie les souvenirs des gens qui étaient les témoins des actes de violence commis par les troupes soviétiques qui avaient attaqué la ville de Bakou, le 20 janvier 1990. La presse de Moscou a qualifié les manifestants tués comme extrémistes. Dans cet article, on a recueilli des témoignages des médecins qui ont apporté de l'aide aux gens souffrant de la terreur armée dans les conditions très difficiles dans la nuit du 19 au 20 janvier 1990.

Les médecins de l'hôpital de Bakou se souviennent de cette nuit épouvantable. Vugar Yussifzadé - la femme médecin de l'Hôpital clinique №1 (l'hôpital de Semachko en 1990) :

Dans la nuit du 20 janvier, j'étais près de la caserne de Salyan. Les chars sortaient du territoire de l'école militaire de Salyan, dans leurs trappes, il y avait de jeunes soldats. Un officier s'est approché de nous et nous a demandé laisser passer les chars. Nous nous sommes assis sur l'asphalte en face de l'école militaire. En ce temps-là, les soldats ont lancé quelques fumigènes vers nous. Quand le vent a dispersé la fumée, nous avons vu les soldats près de nous, à une distance de 50 pas. On a entendu l'ordre de l'officier et les bruits de mitraillette.

Les soldats ont crié "Hourra", "En avant !" et se sont précipités vers le groupe d'environ 40 personnes, parmi lesquels se trouvaient des femmes. La panique s'est installée et nous avons commencé à courir. Derrière nous, on entendait les bruits de balles, plusieurs personnes ont été blessées.

Donc, ils ont ouvert leur chemin et les chars ont continué ses actions en écrasant les gens couchés sur la terre.

Eldar Aliyev - le médecin anesthésiste de l'Institut de chirurgie expérimentale clinique

Dans la nuit du 20 janvier, lorsque la fusillade a commencé dans la ville, beaucoup de nos chirurgiens qui avaient la voiture personnelle, sont immédiatement arrivés au travail. Les blessés ont commencé à venir à l'hôpital après une heure du minuit et la première opération a eu lieu à deux heures. Tout au long de la nuit, nous effectuions une opération après l'autre. Dans la matinée, nous avons appris que la situation était similaire dans d'autres hôpitaux de la ville.

Nuchabé Assadzadé - le médecin thérapeute :

On ramassait les cadavres dans les salles de bains et puis on les emmenait à la morgue. Dans la nuit du 20 janvier, le nombre des blessés augmentait d'heure en heure. Les opérations chirurgicales s'effectuaient dans tous les cabinets, même dans les salles de pansements et dans les pièces de réception. Parce qu'il n'y avait pas assez de places. Dans la matinée du 20 janvier et dans les jours suivants, le nombre de blessés continuait d'augmenter.

La Commission d’enquête

Le 22 janvier 1990, lors de la session du Soviet suprême de la République d'Azerbaïdjan, a été créée la Commission d'enquête sur les événements du 20 janvier.

Cette commission a fixé un objectif d'identification des organisateurs et des auteurs du massacre sanglant commis dans la nuit du 19 au 20 janvier et dans les jours qui suivent par les troupes du Ministère de la Défense de l'URSS, du Comité d'Etat de la sécurité et du Ministère de l'Intérieur contre les citoyens azerbaïdjanais.

Le vice-président de la Commission d'enquête Tamerlan Garayev raconte :

« Le président du Soviet suprême, les députés, les représentants de la société civile, les ministres de la santé, de la justice, de l’intérieur participaient à la Commission.   La commission recevait des informations non seulement de Bakou, mais de tous le pays.

Les conditions de la mort étaient très différentes. Certains sont morts dans leurs maisons.

Larisa Mammadova, âgée de 12 ans, a entendu des coups de feu, a couru au balcon et a été exposée au tir. Son père a couru après elle, il a également été blessé et a perdu connaissance. Le père a reçu la nouvelle de la mort de sa fille lorsqu'il a été hospitalisé.

Et dans les jours suivants, il y eu beaucoup de morts et de blessés. Les soldats ont tiré sur des civils non seulement après le début du couvre-feu, mais aussi pendant la journée ».

 

                                                                                                      Chirin Manafov

AUTRES ARTICLES