L’animation azerbaïdjanaise d’hier et d’aujourd’hui

L’histoire des films d’animation commence au début des années trente du XXe siècle. En 1933, les collaborateurs du studio de cinéma « Azerbaïdjanfilm » ont effectué les travaux préparatoires et ont amené des installations nécessaires de Moscou pour la production de films d’animation. Cette même année, ils ont utilisé la technique d’animation pour le tournage des films documentaires « Lökbatan » et « La Symphonie du pétrole ». L’animation a été complètement utilisée pour le tournage du film d’instruction « Cat ». Le film a été montré sur les écrans de l’Union soviétique jusqu’en 1938.    

A la veille de la Seconde guerre mondiale, dans ce studio, on effectuait les travaux préparatoires pour le tournage de deuxième film d’animation. « Sinbad le marin », tel était le titre du film. Ça devait être le film sonore. Mais les travaux se sont arrêtés à cause du commencement de la guerre. Il faut noter que dans les périodes qui suivent, dans le studio de cinéma, on a utilisé les dessins animés pour les tournages des centaines de films scientifiques populaires et documentaires.

Avec le film « L’Ours et la souris », a commencé la deuxième étape dans l’histoire des films d’animation azerbaïdjanais. Le metteur en scène, le peintre et le multiplicateur du film était Nazim Mammadov.

Au cours de l'entretien avec nous, le directeur du studio « Azanfilm » Eltchine Hami Akhundov a parlé de l’influence de l’animation sur l’auditoire, notamment sur les enfants :

« Actuellement, à cause de l’absence de beaucoup de films d’animation en Azerbaïdjan, les enfants sont obligés de regarder les films russes, turcs et des autres pays. Je dirais que, l'éducation donnée par les films azerbaïdjanais est irremplaçable. Puisque l’enfant est presque toujours devant la télé et c’est grâce à ces films qu’il reçoit l'éducation nationale ».

 

 

                                                                                                          Sevindj Fedaï

AUTRES ARTICLES