«Azerbaïdjan était toujours une école pour l’art du tapis du Caucase»

La stabilité des traditions multiséculaires et la diversité des réalités de la vie sont réunies organiquement dans le tapis azerbaïdjanais.

Le tapis est étroitement lié à la littérature, à l’architecture, à l’art de la miniature et aux autres formes d’art décoratif et appliqué du peuple azerbaïdjanais. La recherche sur l’art du tapis azerbaïdjanais s'appuie sur une base solide en matière de l’étude des sources. Cela contient, à partir de la période chalcolithique, des monuments archéologiques, les informations des auteurs et des voyageurs de l’Antiquité et du Moyen Age, des monuments épigraphiques, des exemples tirés du folklore populaire et de la littérature classique, des œuvres des peintres européens, des documents historiques, des rapports des fonctionnaires et des travaux de recherche scientifique des savants européens, russes, américains et azerbaïdjanais.

L’exportation massive des tapis azerbaïdjanais en Europe était réalisée au début de la Renaissance européenne au moment où se créait l’intérêt pour la culture et l’art antiques. C'est pourquoi les Européens portaient un intérêt spécial aux tapis dont les motifs ornementaux étaient liés aux traditions littéraires anciennes. La grande popularité des tapis azerbaïdjanais était due à leur esthétique et à leur capacité de créer un fort effet émotionnel.

Depuis de longues années, le tapis azerbaïdjanais fait l’objet d’une étude détaillée de la part des scientifiques locaux. Dans la république, le pionnier dans ce domaine est Latif Karimov, un éminent spécialiste de l'art du tapis. Son livre en trois tomes est une vraie encyclopédie du tapis azerbaïdjanais. Latif Karimov a étudié le développement de l’art du tapis azerbaïdjanais, sans le diviser en zones sud et nord. Pour la première fois, il a donné une classification stricte des genres de tapis et a différencié les tapis azerbaïdjanais des tapis iraniens, caucasiens et d’autres. En se basant sur l’étude du matériel, il est arrivé à cette conclusion : « ...Azerbaïdjan était toujours une école pour l’art du tapis du Caucase ».

Selon les paroles de Vidadi Muradov, le spécialiste sur l’art du tapis, le docteur en histoire, le professeur, le président du Conseil d'administration de la Société anonyme ouverte « Azerkhaltcha », après l’indépendance, l’Azerbaïdjan a accompli de grandes choses pour rétablir l’autorité du tapis azerbaïdjanais : « Depuis l’indépendance, le tapis azerbaïdjanais a connu une grande gloire, ce qui n’était pas le cas pendant les années de pouvoir soviétique. Au cours des vingt dernières années, on a fait beaucoup de recherches à ce sujet. Grace au soin de Mehriban Aliyeva, avec l’aide de la Fondation Heydar Aliyev, nos tapis ont été présentés pendant les journées azerbaïdjanaises organisées en Italie, en Russie, en Grande-Bretagne, en France. En même temps, avec un fort soutien du Président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, l’art du tapis s'est beaucoup développé ».

 

Sevindj Fedaï

AUTRES ARTICLES